Répondre à : Les projets qui vous inspirent !

Les cours Forums [Questions transversales] Les projets qui vous inspirent ! Répondre à : Les projets qui vous inspirent !

#27461

Ostande
Participant

Bonjour à toutes-tous !

Je viens de découvrir sur ce présent forum le projet Une danse par jour. La citation qui suit est tirée de la page de présentation de son site internet. Cette interrogation est très précieuse. Pour moi, qui écrit un ou plusieurs poèmes par jour, il s’agit de la même question, répétée à l’infini, ne trouvant de réponses que partiellement, dans l’accomplissement d’un geste “pour la beauté du geste”. Cette résistance quotidienne à la sclérose humaine est un engagement de l’être entier, la poésie un liquide corrosif en même temps qu’une goutte de lait.

« Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? […] Mais où est-elle notre vie ? Où est notre corps? Où est notre espace ? […] Comment parler de ces « choses communes », comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes. »​L’infra-ordinaire de Georges Perec.

En tant qu’expérience, la déambulation Tant que le sol aura le goût du ciel, crée en 2020 par Alice Amalbert et Léa Guérin ainsi qu’avec les comédiennes et comédiens de l’association Saxifrage, à laquelle je participe, a transformé ma géographie. L’écriture de l’espace collectif, écriture renouvelée chaque jour de façon plus ou moins engagée, plus ou moins consciente de la proximité du néant et de la mort, incarne cette sorte de plongeon qui se joue sans fin à l’intérieur de moi. Comment, avec ce que je suis, puis-je exprimer ce trouble qui jaillit en moi lorsque ma peau contre l’air et le son de vos bouches, la simultanéité des gestes de charité, des ruelles à l’odeur de pisse, de l’idée de Dieu, des yeux vitreux de la misère.

Je vous partage le teaser de la déambulation.

Merci à voûtes